Apports de l'histoire aux constructions identitaires

Appartenances, frontières, diversité et universalisme

Bijdragen door Sofia Lemaître
Redactiecoördinatie door Luc Courtois, Jean Pirotte

Apports de l'histoire aux constructions identitaires. Appartenances, frontières, diversité et universalisme (Publications de la Fondation wallonne P.-M. et J.-F. Humblet. Série Recherches, t. VI), sous la dir. de Luc Courtois et Jean Pirotte, Louvain-la-Neuve, Fondation wallonne P.-M. et J.-F. Humblet, 2013, 368 p.
Les « identités » et les conflits identitaires ont connu au tournant du XXIe siècle un regain d'intérêt. Ces questions ont alimenté le débat citoyen sur les possibilités de créer un nouveau « vivre ensemble sur un espace commun », quelles que soient les appartenances linguistiques, culturelles, religieuses ou nationales. Funambule sur son fil, l'observateur évolue entre deux gouffres : à droite, les affirmations agressives avec en point de chute les catastrophes nationalistes ; à gauche, le déni de réalités gênantes, qui finissent néanmoins par s’imposer à ceux qui les fuient. La violence est-elle la seule issue à la diversité des humains ? Sont-ils condamnés aux « identités meurtrières » ?
Les « identités » ont révélé à la fois leur côté dévastateur et leur efficacité pour mobiliser les populations autour de projets collectifs. Fondées tant sur des réalités objectives que sur le mythe, ces constructions ont porté les groupes humains vers le meilleur et vers le pire. Elles ont permis aux peuples de s’organiser autour d’impératifs de survie et d’idées communes. Pour se constituer, un groupe humain pourrait-il négliger de mobiliser les ressources symboliques ?
En Belgique, dans le contexte des crises politiques des années 2007 à 2011, le problème devient crucial : l’émergence d’une nation flamande sonne-t-elle le glas de l’État belge et, quelle que soit la réponse, implique-t-elle la nécessité d’élaborer une image plus dynamique de la Wallonie et de Bruxelles, régions appelées à émerger sur les plans économiques et politiques ?
Pour baliser ce champ conceptuel, quatre pistes de réflexion sont proposées ici par des historiens : appartenances et identités ; les frontières, bases territoriales de ces identités ; les relations entre centre et périphérie ; la dialectique du particulier et de l’universel. L’histoire doit-elle se lire comme un mouvement inexorable vers l’uniformisation ou, au contraire, est-elle travaillée par des forces incompressibles vers l’émiettement dans le particulier ? « Décoder ce que nous sommes à la lumière de ce que nous ne sommes plus », cette formule résume l’apport des historiens aux problèmes actuels.


Paperback - In het Frans 34,90 €
PDF (PDF) - In het Frans 23,25 €

Gegevens


Uitgever
Fondation wallonne P.-M. et J.-F. Humblet
Bijdragen door
Sofia Lemaître,
Redactiecoördinatie door
Luc Courtois, Jean Pirotte,
Collectie
Série Recherches (Fondation wallonne)
Taal
Frans
BIC subject category (UK)
HB History > HBG General & world history > HBA History: theory & methods > HBJ Regional & national history
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
Voor het eerst gepubliceerd
28 mei 2014
Type werk
Monografie

Paperback


Publicatie datum
28 mei 2014
ISBN-13
978-2-930479-08-8
Omvang
Aantal pagina's hoofdinhoud : 368
Code
978-2-930479-08-8
Formaat
16 x 24 x 1,9 cm
Gewicht
585 grams
Aanbevolen verkoopprijs
34,90 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

PDF


Publicatie datum
28 mei 2014
ISBN-13
271-233302001-0
Omvang
Aantal pagina's hoofdinhoud : 369
Code
271-233302001-0
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Schrijf een reactie

Inhoud


Apports de l'histoire aux constructions identitaires. Appartenances, frontières, diversité et universalisme (Publications de la Fondation wallonne P.-M. et J.-F. Humblet. Série Recherches, t. VI), sous la dir. de Luc Courtois et Jean Pirotte, Louvain-la-Neuve, Fondation wallonne P.-M. et J.-F. Humblet, 2013, 368 p.

Les auteurs
Luc Courtois et Jean Pirotte, Introduction
Jean Pirotte, avec la coll. de Luc Courtois, Préliminaire. Héritages et constructions identitaires. Mises en perspectives historiques et documentaires

Partie I. Appartenances et identités
Jean-Marie Klinkenberg, Langue et identité. Langues et identités régionales
Philippe Raxhon, Wallonie-Liège : le couple infernal
Vincent Vagman, Volonté de repli ou séquelle d'un confinement ? Un regard socio-historique posé sur l’identité
Philippe Destatte, Visions territoriales, histoires régionales et identités : le cas de la Wallonie
Michel Dumoulin, Enjeux de la politique régionale européenne de la fin des années 1950 au début des années 1970
Anne Roekens, « L’Elysette » à la télévision. Une tentative de légitimation du pouvoir régional wallon à la RTBF (1991-1995)

Partie II. Frontières
Paul-Augustin Deproost, « Sine fine… ». Du limes au fines, à la recherche des frontières de Rome
Jean-Marie Yante, Les douanes, structures identitaireset instrument économique. Des prémices du XIIIe siècle aux expériences du XVe
Sébastien Dubois, L’espace wallon avant l’invention du concept de « Wallonie ». Éléments pour uneréflexion sur la notion de région (XVIIe-XIXe siècles)
Alfred Minke, Les cantons de l’Est et les Belges germanophones
Suzanne Hose, Les Sorabes, une minorité slave en Allemagne

Partie III. Rapports centre-périphérie
Patrick Marchetti, Du régionalisme au panhellénisme en Grèce classique
Luc Courtois, L’identité « wallonne » des Wallons de Suède (XVIIe-XXIe siècles)
Victor Manuel Mendez Villegas, Hispanité et diversité culturelle en Amérique latine
Guy Bajoit, L’importance de l’identité collective dans la dynamique du développement

Partie IV. Le particulier et l’universel
Jean Pirotte, Expansion du christianisme et mondialisation. Oscillations séculaires entre particularismes et uniformisation
Joseph Famerée, Églises locales et Église universelle dans les traditions chrétiennes
Jean-Nicolas de Surmont, Francophonie et régionalisme : entre une vision universalisante et particularisme de la langue française

Luc Courtois et Jean Pirotte, Épilogue. « Décoder ce que nous sommes à la lumière de ce que nous ne sommes plus »