Le droit judiciaire en mutation

En hommage à Alphonse Kohl - CUP 95

En hommage au Professeur Alphonse Kohl à l’occasion de son accès à l’éméritat, la CUP présente une livraison exceptionnelle consacrée aux substantiels changements apportés récemment au droit judiciaire.
Sont successivement traités dans cet ouvrage :
- le recouvrement des créances en droits européen et belge, en ce compris un exposé de synthèse sur la répétibilité des honoraires des avocats;
- le nouveau droit de l’expertise;
- le nouveau droit de la procédure civile;
- la conciliation des principes directeurs du procès.
Depuis le 1er septembre 2007, le droit judiciaire présente ainsi un nouveau visage que synthétise ce livre appelé à retenir l’attention de tous les acteurs du procès civil.

Paperback - In het Frans 66,50 €

InfoVoor meer informatie over BTW en andere belatingsmogelijkheden, zie hieronder "Betaling & BTW".

Gegevens


Uitgever
Anthemis
Auteur
Valérie Chantry, Georges de Leval, Damien Dessard, Ariane Fry, Frédéric Georges, Vanessa Grella, Emmanuel Guinchard, Pierre Moreau, Dominique Mougenot, Didier Pire, Jean-François van Drooghenbroeck, Charles Vanheukelen,
Collectie
Commission Université-Palais (CUP)
Taal
Frans
Categorie uitgever
> Recht > Gerechtelijk recht
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
Voor het eerst gepubliceerd
2007
Type werk
Monografie

Paperback


Publicatie datum
2007
ISBN-13
978-2-87455-040-9
Omvang
Aantal pagina's hoofdinhoud : 360
Code
978-2-87455-040-9
Formaat
16 x 24 cm
Gewicht
540 grams
Aanbevolen verkoopprijs
66,50 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Schrijf een reactie

Inhoud


Table des matières

Les droits européen et belge du recouvrement des créances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
CHAPITRE 1
Emmanuel GUINCHARD, lecturer in law à l'Université de Northumbria à Newcastle, directeur du LLM droit européen
La procédure civile européenne est née. Vive le créancier ! . . . . . . . . . . . . . 8
Présentation de l'injonction de payer européenne et de la procédure européenne pour les demandes de faible importance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
A. La procédure civile européenne est née . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
B. La procédure civile européenne est née pour le créancier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12


CHAPITRE 2
Charles VANHEUKELEN, huissier de justice, collaborateur à l’U.Lg.
Le titre exécutoire européen — Approche d’un praticien du droit . . . . 17
A. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
B. Aucune articulation du Code judiciaire belge avec le règlement . . . . . . . . . . . . . 17
C. Responsabilité d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
D. L’huissier de justice belge et les nouvelles normes de l’acte introductif d’instance . . . . . . . . 19
1. Les éléments requis dans l’acte de citation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2. Modes de signification de l’acte de citation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3. Parenthèse en ce qui concerne l’huissier de justice belge signifiant l’acte introductif d’instance ou une décision judiciaire venant de l’étranger . . . . . . . . . . . . . . . . 22
E. L’huissier de justice belge et les nouvelles normes de la signification du titre — Possibilité de rattraper la sauce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
F. À qui la demande de certification du jugement comme titre exécutoire européen doit-elle être adressée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
G. Comment la demande de certification du jugement comme titre exécutoire européen doit-elle être formalisée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
H. Examen de la pratique belge de la certification comme titre exécutoire européen proprement dite . . . 29
1. Pratiques, selon nous, discutables de certains greffiers en chef . . . . . . . . . . . . 29
a) Exemples de ces pratiques discutables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
b) Précarité de ces pratiques discutables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2. La pratique juridictionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
a) L’école anversoise et la jurisprudence des non believers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
b) Thèse de J.-F. van Drooghenbroeck et de S. Brijs et la jurisprudence des believers . . 38
I. Modèles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
J. Certificat obtenu — L’huissier de justice belge et la demande d’exécution à l’étranger .. . . . . . 49
K. Certificat obtenu — Demande d’exécution en Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
1. La signification du titre et du formulaire de certification . . . . . . . . . . . . . . . . 51
a) Première hypothèse — jugement non signifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
b) Deuxième hypothèse — jugement signifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
c) Troisième hypothèse — jugement et certificat signifiés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2. Certificat du titre exécutoire européen non dûment rempli . . . . . . . . . . . . . 53
3. Pièces venant d’Allemagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
L. Observation finale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53


CHAPITRE 3
Damien DESSARD, assistant à l’U.Lg., avocat
La répétibilité des honoraires et frais d’avocat : un accouchement dans la douleur . . . . . . . . . . 55
A. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
B. Intervention du législateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
C. Quelques mots de droit comparé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
D. La loi du 21 avril 2007 : la fin de l’insécurité juridique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1. Introduction : Question d’ordre « philosophique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
2. Le contenu de la loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
a) Les bénéficiaires de l’aide juridique de seconde ligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
b) Plusieurs parties à la cause . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
c) Modification du Code d’instruction criminelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
d) Entrée en vigueur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
3. L’arrête royal ou la « Grille Maréchal ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
a) Examen de l’arrêté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
1° Les affaires non évaluables en argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2° La sécurité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
3° Paiement après la mise au rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4° Procédure sommaire d’injonction de payer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
5° Procédures par défaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6° L’aide juridique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
7° L’indexation et l’entrée en vigueur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
E. Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67


Le nouveau droit de l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Dominique MOUGENOT juge au tribunal de commerce de Mons professeur aux F.U.N.D.P.


SECTION 1
Les principes généraux qui gouvernent l’expertise judiciaire . . . . . . . . . . . 72
A. Caractère subsidiaire de l’expertise judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
1. Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2. Les alternatives à l’expertise judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
B. Collaboration des parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
C. Le juge actif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80


SECTION 2
Désignation de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
A. Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
B. Les listes d’experts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
C. Collège d’experts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82


SECTION 3
Déroulement de l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
A. Mise en route de l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
B. Réunion d’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
C. Durée de l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
1. La fixation et la prolongation du délai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2. Les réunions d’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3. Les rapports intermédiaires semestriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
D. La conciliation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
E. Préliminaires — avis provisoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
1. L’expression de l’avis de l’expert dans les préliminaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
2. Les observations des parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93


SECTION 4
Le rapport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
A. Force probante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
B. Nullité du rapport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
C. Notification de la décision statuant sur le rapport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97


SECTION 5
Règlement des incidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
A. Contrôle du juge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
B. Récusation de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
C. Remplacement de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
D. Comparution en cours d’expertise d’une partie défaillante . . . . . . . . . . . . . . . . 102
E. Intervention forcée durant l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
F. Intervention volontaire durant l’expertise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105


SECTION 6
Provision et honoraires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
A. Rappel des principes en matière de rémunération de l’expert . . . . . . . . . . . . . . 106
B. La provision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
1. La consignation de la provision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
2. Qui supporte la charge de la provision ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
C. Les honoraires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
1. Critères d’appréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
2. Procédure de taxation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
3. Qui supporte la charge des honoraires ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123


SECTION 7
Mesures transitoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

La loi Onkelinx du 26 avril 2007 modifiant le Code judiciaire en vue de lutter contre l’arriéré judiciaire . . . . . . . . . . . 129
SECTION 1
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg.,  et Frédéric GEORGES, chargé de cours à l’U.Lg., avocat
La sanction des irrégularités procédurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
A. Irrecevabilité versus nullité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
1. La genèse de l’article 700 modifié par la loi du 26 avril 2007 . . . . . . . . . . . 135
2. Champ d’application et régime de l’article 700, alinéa 1er du Code judiciaire . . .  . . . . . . . . 136
a) Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
b) Sensu stricto versus sensu lato . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
c) Le cas spécial de la procédure sur requête unilatérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
d) Brève remarque conclusive au sujet de l’article 700, alinéa 1er du Code judiciaire . . . 140
3. Une sanction atténuée : la nullité éventuelle dotée d’un effet utile (art. 700, al. 2, C. jud.) . .. . . . . . . . 141
a) Le principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
b) Un principe à portée trop limitée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
c) La question des délais prefix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
d) L’effet utile limité dans le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
B. La réparation judiciaire de l’article 867 et les délais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
1. Adaptation des articles 865 et 867 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
2. Quelle est la portée concrète de ces modifications ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
a) Délai accélérateur régi par les articles 860 et 867 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
b) Délais accélérateurs non régis par les articles 860 à 867 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146


SECTION 2
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg., et Ariane FRY, assistante à l’U.Lg., avocate
Les conclusions qualificatives et récapitulatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
A. La qualité substantielle ou le contenu des conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
1. Les conclusions formulent expressément les prétentions et les moyens de fait et de droit du concluant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
2. Le contenu des conclusions additionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
B. La qualité formelle ou la concentration des écritures en un seul acte . . . . . . . . 151
1. La concentration par instance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
2. Les conclusions de synthèse ou la concentration dans l’instance . . . . . . . . . 152
a) La règle nouvelle et la sanction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
b) Les exceptions au principe de concentration dans l’instance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
c) Des dispositions aptes à améliorer et à accélérer le cours du procès sans allègement de l’obligation de motivation du jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157


SECTION 3
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg., et Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l’U.Lg., avocat
Les débats succincts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
A. Le débat succinct proprement dit à la requête d’une partie . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
B. Le débat succinct assimilé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
1. Il y a accord des parties pour y recourir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
2. Débat succinct assimilé de plein droit sauf opposition commune des parties .. . . . . . . 161
a) Le principe comparé à l’article 1066, alinéa 2, du Code judiciaire . . . . . . . . . . . . . . 161
b) Les cinq cas de « débats succincts assimilés » sauf accord des parties . . . . . . . . . . . . . 162
C. Le débat succinct lorsque le litige est indivisible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

SECTION 4
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg., et Pierre MOREAU, docteur en sciences juridiques, assistant à l’U.Lg., avocat
La mise en état . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
A. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
1. Le régime souple de la mise en état plurielle et les exigences du délai raisonnable  . . . . 170
2. La déclaration écrite de postulation est dans la mesure du possible informative . . . . 171
3. Renvoi au rôle ou remise à date fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
B. La mise en état conventionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
1. La mise en état uniquement conventionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
a) Le principe (art. 747, § 1er, al. 1er) et le risque du consensualisme inachevé . . . . . . 173
b) Demande conjointe de fixation pour plaider (art. 750) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
c) Le principe de l’écartement d’office de conclusions et les « nouvelles conclusions » ( art. 748, § 2) . . . 175
2. La mise en état conventionnelle judiciarisée (art. 747, § 1er, et § 2, alinéas 3 et 6, combinés) .. 176
a) L’entérinement de la convention par le juge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
b) La mise en oeuvre du procédé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
C. La mise en état judiciaire (art. 747, § 2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
1. La mise en état judiciaire in limine litis est automatiquement applicable à titre subsidiaire . . . . 179
a) Justification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
b) Objection ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
2. Présentation générale de la mise en état judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
a) La procédure ordinaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
b) La procédure accélérée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
3. L’exigence cumulative du dépôt des conclusions au greffe et de leur envoi à l’autre partie . . . . . 187
a) La signification des verbes « déposer » ou « remettre » et « envoyer » ou « adresser » 187
b) Le respect des droits de la défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
1° Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
2° L’arrêt de la Cour de cassation du 4 décembre 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
3° Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192


SECTION 5
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg., et Valérie CHANTRY, assistante à l’U.Lg., avocate
L’audience de plaidoiries ou comment « révolutionner l’audience » . . 194
A. La préparation de l’audience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
B. Le droit modalisé de plaider dans le circuit long en cas d’absence de conclusions ou d’écartement d’office de celles-ci . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
C. La plaidoirie interactive et dialoguée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197


SECTION 6
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg., et Vanessa GRELLA, assistante à l’U.Lg., avocate
Le jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
A. La réouverture des débats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
1. Champ d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
2. Les parties concernées par la réouverture des débats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
3. Une procédure en principe écrite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
4. La nature de la décision rendue après réouverture des débats . . . . . . . . . . . 202
B. L’assouplissement des règles relatives à la prononciation du jugement . . . . . . 203
C. Le respect du délai pour rendre le jugement : brèves considérations sur l’article 770 . . . . . 206


SECTION 7
Georges DE LEVAL, professeur ordinaire à l’U.Lg.
Brèves observations relatives au droit transitoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
La conclusion sera donnée par la pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

Le nouveau droit judiciaire, en principes. . . . . . . . . . . . 213
Jean-François vAN DROOGHENBROECK professeur à l’U.C.L. professeur invité aux F.U.S.L. avocat honoraire
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218


SECTION 1
Cartographie des principes directeurs du procès civil . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
A. Les vieux continents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
1. L’impartialité et l’indépendance du juge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
2. Le principe relatif à la motivation des jugementes et arrêts, . . . . . . . . . . . . 220
3. Le principe du contradictoire, enchevêtré dans le principe relatif au respect des droits de la défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
4. Le principe dispositif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
5. L’égalité des armes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
B. Les nouveaux continents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
1. La célérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
2. La loyauté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
C. Une nouvelle tectonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

SECTION 2
Pour un juge actif : redécouvrir le principe dispositif . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
A. Office juridictionnel et mission procédurale : deux activités, un activisme . . . 241
B. L’activisme du juge dans l’exercice de sa mission procédurale . . . . . . . . . . . . . . 242
1. Les idées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
2. Une jurisprudence avant-gardiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
3. La réforme du 26 avril 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
C. L’activisme du juge dans l’accomplissement de son office juridictionnel . . . . . 252
1. À propos de la cause . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254
a) Le juge et les parties après l’arrêt du 14 avril 2005 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
b) La conception factuelle de la cause au service de la requalification judiciaire des contrats : l’apport de l’arrêt du 16 mars 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
c) La consolidation de l’équation « fait adventice/relevé facultatif » : l’apport des l’arrêts 24 mars et 12 octobre 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
d) Sur la praticabilité de la distinction entre faits invoqués et faits adventices . . . . . . . . . 263
2. À propos de l’objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
a) Une tendance contestable à la juridicisation de l’objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
b) Les prémisses d’un revirement au profit d’une définition factuelle de l’objet . . . . . . . 271
c) Le revirement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
d) La réception et la confirmation du revirement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277
e) Étendre le revirement au profit du juge statuant sur sa compétence . . . . . . . . . . . . . . 279
3. À propos des accords procéduraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
a) La question . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281
b) La réponse : exigence d’un accord procédural exprès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
c) La limite vascillante : l’ordre public (renvoi) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287


SECTION 3
Faire économie de la contradiction ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
A. Vers une conception matérielle du principe du contradictoire . . . . . . . . . . . . . . . 290
B. Vers une application parcimonieuse de la théorie du moyen dans la cause . . 294
1. Les origines et les avatars français de la théorie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
2. Une validation prudente par la Cour européenne des droits de l’Homme .. . . . . . 299
3. La réception belge de la théorie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
a) La vérification spontanée des conditions d’application de la règle de droit invoquée et débattue par les parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
b) Les faits tirés du dossier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
C. Vers une contradiction aux formes allégées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305
1. Une audience interactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
2. Les notes en délibéré et la réouverture de débats écrits . . . . . . . . . . . . . . . . . 308


SECTION 4
Célérité et loyauté : jusqu’où pousser la concentration du litige ? . . . . 310
A. Des conclusions « qualificatives » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
1. La portée de l’obligation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
2. L’obligation ne réssucite pas le contrat judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315
3. L’obligation n’entache pas l’activisme juridictionnel du juge . . . . . . . . . . . . 317
B. La chose jugée entre la concentration et le contradictoire : contre l’élargissement de l’autre notion de « cause » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
C. La prohibition du moyen renégat. Fût-il d’ordre public ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
D. Aux confins des vieux continents : la concentration des litigants . . . . . . . . . . 329


Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
ANNEXE 1
Loi du 15 mai 2007 modifiant le Code judiciaire en ce qui concerne l’expertise et rétablissant l’article 509quater du Code pénal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333


ANNEXE 2
Loi du 26 avril 2007 modifiant le Code judiciaire en vue de lutter contre l’arriéré judiciaire . . . . . . . . 341