Sociologie de l'éducation


Editie 8

Pour souligner l'importance grandissante du système d’enseignement dans nos sociétés contemporaines, on parle de « révolution silencieuse ». Les jeunes générations y passent, pour une part croissante d’entre eux, près d’un tiers de leur vie afin de répondre aux exigences sociales et économiques.

Lieu d’une double socialisation normative et cognitive, doué de mécanismes de sélections autonomes, fortement stratifié en dépit de son apparente unité, entretenant des relations conséquentes avec d’autres institutions comme la famille, le travail, le politique ou le religieux, le système d’enseignement constitue aux yeux de beaucoup un levier de changement et de réduction des inégalités. Cet ouvrage analyse les problèmes et fait la synthèse des résultats des recherches sur le système éducatif.


Paperback - In het Frans 8,55 €

InfoVoor meer informatie over BTW en andere belatingsmogelijkheden, zie hieronder "Betaling & BTW".

Gegevens


Uitgever
PUF - Que sais-je ?
Editie
8
Auteur
Mohamed Cherkaoui,
Taal
Frans
Categorie uitgever
> Economische en sociale wetenschappen > Politieke en sociale wetenschappen > Sociologie
Categorie uitgever
DUC > Psychologie et éducation
Categorie uitgever
DUC > Sciences sociales
BISAC Subject Heading
SOC000000 SOCIAL SCIENCE > SOC026000 SOCIAL SCIENCE / Sociology
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
CLIL (2013)
3081 Sciences sociales
Voor het eerst gepubliceerd
15 oktober 2010
Type werk
Monografie

Paperback


Publicatie datum
01 januari 2007
ISBN-13
9782874630781
Omvang
Main content page count : 180
Code
75870
Formaat
16 x 24 x 1 cm
Gewicht
296 grams
Aanbevolen verkoopprijs
20,30 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Schrijf een reactie

Inhoud


Approche relationnelle : image-indice de connectivité d’un réseau…...............................iii

Avant-propos ....................................................................................................................................iv

Remerciements..................................................................................................................................v

Dédicace............................................................................................................................................vii

Table des matières .........................................................................................................................viii

CHAPITRE 1.................................................................................................. 1

INTRODUCTION GENERALE....................................................................... 1

I.1. Le choix du domaine d’intérêt : les systèmes d’information sociale ............................1

I.1.1. Dans l’espace........................................................................................................................3

I.1.2. Dans le temps ........................................................................................................................6

I.2. Les années 90 : autre contexte, autres outils d’observation...........................................9

I.2.1. Une rareté de travaux sur le secteur informel au Burundi...............................................9

I.2.2. Les années 90 : une montée fulgurante des Acteurs Non Etatiques...........................11

I.2.3. Création fulgurante des ANENOMA, mais qu’en est-il de leur visibilité ?...................13

I.3. Les objectifs poursuivis et la justification de la démarche............................................15

I.3.1. Les objectifs .........................................................................................................................15

I.3.2. Deux principales pistes de réflexion théorique et méthodologique..............................18

I.3.3. Les sources, la collecte et l’analyse des données (relationnelles) ..............................22

I.4. Articulation de la thèse............................................................................................................23

CHAPITRE 2................................................................................................ 25

EVOLUTION DE LA PENSEE SUR LE DEVELOPPEMENT (1950-1990) ET IMPACT SUR LA MISE EN PLACE DES SYSTEMES D’INFORMATION SOCIALE ..................................................................................................... 25

II.1. Macro et micro-espaces : quelques éléments de différenciation................................25

II.1.1. Une différenciation d’après la notion de pouvoir ...........................................................25

II.1.2. Rapports entre macro et micro-espaces : déficit communicationnel ?.....................29

II.2. La période 50-90 : macro versus micro-espaces d’acteurs sociaux ..........................32

II.2.1. 1950s-1970s : Le rôle prépondérant de l’appareil étatique..........................................33

II.2.2. 1970s-1980s : Processus de désétatisation au profit du « marchand » ....................37

II.2.3. Dès l’aube des années 90 : pour un « autre développement »…...............................42

II.3. Incidence sur la mise en place des systèmes informationnels ...................................46

II.3.1. Acteurs étatico-marchands, observatoires et indicateurs de développement ...........46

II.3.2. Au-delà du PIB et de BNA, l’indicateur de développement humain............................50

Conclusion........................................................................................................................................53

CHAPITRE 3................................................................................................ 59

PROCESSUS DE REGENERATION DES MICRO-ESPACES D’ACTEURS SOCIAUX AU BURUNDI : CONTEXTE DES ANNEES 90 ......................... 59

III.1. Un aperçu sur le contexte socioéconomique des années 90......................................59

III.1.1. Une paupérisation vue à travers le prisme macroéconomique ..................................59

III.1.2. Du déficit macroéconomique à la carence des biens/services de base ...................63

III.2. Processus de développement et régénération des micro-espaces : les antécédents aux années 90...........................................................................................................69

III.2.1. Les politiques de modernisation .....................................................................................69

III.2.2. Les Programmes d’Ajustement Structurel (PAS)..........................................................74

III.2.3. Les nouvelles conditionnalités de l’aide au développement .......................................79

III.3. Les micro/méso-espaces d’acteurs sociaux : un nouvel espace de reproduction du lien social ? ................................................................................................................................80

III.3.1. Des leçons à tirer des pratiques associatives d’antan.................................................81

III.3.2. Acteurs et pratiques d’inclusion sociale : cas des personnes vulnérables ...............84

III.3.3 Cas de l’Initiative des Réseaux Communautaires.........................................................89

Conclusion........................................................................................................................................92

CHAPITRE 4................................................................................................ 95

A LA RECHERCHE D’UN CADRE THEORIQUE : THEORIE DU CAPITAL HUMAIN VERSUS THEORIE DU CAPITAL SOCIAL ................................. 95

IV.1. Des limites de la théorie du capital humain… au « capital social » ..........................95

IV.1.1. Des « faits sociaux » non expliqués par la théorie du capital humain.......................95

IV.1.2. De l’individualisme à l’altruisme méthodologique.........................................................99

IV.2. Nous arc-bouter sur l’approche du capital social de R. PUTNAM ? .......................104

IV.2.1. Du concept à la théorie du capital social : la force de l’empirie ...............................104

IV.2.2. Capital social : multi dimensionnalité de ressources et pluri niveaux d’acteurs ....112

IV.2.3. La connectivité sociale d’ensemble comme architecture du lien social..................116

IV.3. Capital social, construction du lien social et développement durable...................120

IV.3.1. Capital social et protection des milieux naturels de vie (micro espaces) ...............120

IV.3.2. Capital social et genre : « multi-ancrage » des rôles féminins.................................123

IV.3.3. Capital social, vieillissement et solidarité intergénérationnelle ................................125

Conclusion......................................................................................................................................128

CHAPITRE 5.............................................................................................. 131

LES MESURES DU CAPITAL SOCIAL COMME COMPOSANTES DU SYSTEME D’INFORMATION SOCIALE ................................................... 131

V.1. L’approche quantitative (macro) de la participation sociale......................................131

V.1.1. Contextes nationaux et instituts de statistiques...........................................................131

V.1.2. Les contextes régionaux et/ou internationaux .............................................................135

V.1.3. Quelques éléments d’analyse critique ..........................................................................138

V.2. Approche du capital social en termes d’ARS.................................................................140

V.2.1. La spécificité de la perspective méthodologique.........................................................140

V.2.2. Eléments de modélisation : graphes et représentation matricielle ...........................144

V.2.3. Autres descripteurs couramment utilisés en ARS.......................................................148

V.2.4. Cas particulier de l’Analyse des Réseaux d’affiliation ................................................150

Conclusion......................................................................................................................................152

CHAPITRE 6.............................................................................................. 155

CAPITAL SOCIAL ET PROCESSUS DE REGENERATION DES MICROESPACES D’ACTEURS AU BURUNDI : UN DEFI METHODOLOGIQUE155

VI.1. Sources et collecte des données : la singularité du terrain d’étude.......................155

VI.1.1. Sur le plan géoéconomique...........................................................................................155

VI.1.2. Sur le plan historique......................................................................................................160

VI.2. Participation directe et/ou distanciation ?.....................................................................166

VI.2.1. Le regain d’intérêt pour la microsociologie .................................................................166

VI.2.2. Analyse du réseau de soutien social : l’enquête sociométrique ..............................168

VI.2.3. Les principales difficultés rencontrées et les voies de sortie ...................................172

VI.3. Nos investigations auprès du mouvement associatif.................................................173

VI.3.1. Des registres notariaux à l’agrément des ASBL.........................................................173

VI.3.2. Quelques critères de classification des Associations agréées ................................176

Conclusion......................................................................................................................................180

CHAPITRE 7.............................................................................................. 183

PROCESSUS DE REGENERATION DES MICRO-ESPACES AU BURUNDI ET LES MESURES DE LA PARTICIPATION FEMININE ......................... 183

VII.1. Contexte et motivations.....................................................................................................183

VII.1.1. La participation féminine : quelques éléments de problématisation.......................183

VII.1.2. “Women In Development” (WID) versus “Local feminism” ......................................185

VII.1.3. WID et détermination de l’Indicateur de Participation féminine (IPF) ....................187

VII.1.4. Quelques éléments de démystification des indices sexospécifiques ....................190

VII.2. Local feminism et participation féminine : quelques résultats ...............................192

VII.2.1. La participation féminine dans le réseau de soutien social .....................................193

VII.2.3. La participation des femmes vue sous l’angle de la dynamique associative........196

Conclusion......................................................................................................................................201

CHAPITRE 8.............................................................................................. 203

CAPITAL SOCIAL ET PRATIQUES ASSOCIATIVES AU BURUNDI : VERS UNE APPROCHE RELATIONNELLE DE LA COHESION SOCIALE....... 203

VIII.1. Contexte et motivations....................................................................................................203

VIII.2. La perspective de « réseautage » ..................................................................................206

VIII.2.1. Sur le plan horizontal ...................................................................................................207

VIII.1.2. Sur le plan vertical ........................................................................................................210

VIII.1.3. La connectivité sociale d’ensemble ...........................................................................210

VIII.3. Mesurer la cohésion sociale : mettre en évidence les A.S. .....................................213

VIII.3.1. Les concepts de solidarité et de cohésion sociale ..................................................214

VIII.3.2. Mise en évidence des A.S. : apport de l’approche relationnelle............................218

CONCLUSION GENERALE ...................................................................... 221

Justifier d’abord l’approche relationnelle .................................................................................222

A la recherche du fondement théorique et de la perspective méthodologique..................223

Ce qui a pu être mis en évidence .............................................................................................224

En quoi ces résultats peuvent-il enrichir les systèmes d’information sociale ?..................227

BIBLIOGRAPHIE....................................................................................... 229

LES ANNEXES.......................................................................................... 239

Liste des tableaux…………………………………………………………. Pages..................239

Liste des figures, encadrés et cartes........................................................................................239

Formulaires de questionnaires ..................................................................................................240

Visualisatio s, perspective de réseautage et mise en évidence des A.S. ..........................242

Les abréviations utilisées ...........................................................................................................245