Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics

Redactiecoördinatie door Ludivine Damay, Benjamin Denis, Denis Duez
Paperback - In het Frans 10,64 €

InfoVoor meer informatie over BTW en andere belatingsmogelijkheden, zie hieronder "Betaling & BTW".

Gegevens


Uitgever
Presses de l'Université Saint-Louis
Imprint
AFAS
Redactiecoördinatie door
Ludivine Damay, Benjamin Denis, Denis Duez,
Collectie
Travaux et Recherches
Taal
français
Categorie uitgever
> Economische en sociale wetenschappen > Politieke en sociale wetenschappen
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
Voor het eerst gepubliceerd
29 augustus 2001

Livre broché


Publicatie datum
01 april 2012
ISBN-13
978-2-87455-413-1
Omvang
Aantal pagina's hoofdinhoud : 216
Code
978-2-87455-413-1
Formaat
16 x 24 x 1,2 cm
Gewicht
352 grammes
Aanbevolen verkoopprijs
76,00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Schrijf een reactie

Inhoud


Table des matières
1
La loi du 12 avril 2011. Une étape vers l'abolition de la distinction entre ouvriers et employés. . . . . . . . . . 7
Jacques CLESSE professeur à l'U.Lg., avocat
Aurélie MORTIER assistante à l’U.Lg., avocate
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
SECTION 1
La distinction entre les ouvriers et les employés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
A. La portée de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
B. La mise en question de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
C. La longue marche vers l’abolition de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1. La loi du 3 juillet 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2. Les interventions postérieures à 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3. Les arrêts de la Cour constitutionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4. Les implications de l’arrêt n° 125/2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
SECTION 2
Les nouveautés apportées par la loi du 12 avril 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
A. La suspension de l’exécution du contrat en raison du manque de travail résultant de causes économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1. Champ d’application temporel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2. Champ d’application personnel et matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3. Durée du chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4. Obligations de notification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
5. Octroi de jours compensatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6. Rupture du contrat pendant la période de suspension . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
7. Allocation de chômage temporaire et complément aux allocations de chômage . . 26
B. Les nouveautés en matière de congé moyennant préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1. L’application du nouveau régime dans le temps et son articulation avec le régime antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2. L’ancienneté et le contrat de travail intérimaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3. Le régime du congé moyennant préavis des ouvriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
a) Les délais de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1° Le droit commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2° Les dérogations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4. Le régime du congé moyennant préavis des employés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
a) Les délais de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
1° Les employés dont la rémunération est inférieure à 16.100 € . . . . . . . . . . . . . . . 40
2° Les employés dont la rémunération est supérieure à 16.100 € . . . . . . . . . . . . . . 40
3° Les employés dont la rémunération est supérieure à 32.200 € . . . . . . . . . . . . . . 41
4° Licéité des dérogations à la loi lorsque la rémunération de l’employé dépasse 16.100 € ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
b) L’assiette de l’indemnité de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
C. Autres nouveautés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1. L’allocation de licenciement prévue en faveur des ouvriers . . . . . . . . . . . . . . 43
2. Cotisation à charge des employeurs qui licencient un employé supérieur . . . . 46
2
La procédure interne en matière de violence et harcèlement moral ou sexuel au travail : quelques balises pour l’employeur . . . . . . . . . . . . . . 47
Jean-Philippe CORDIER maître de conférences à l’U.L.B. et à l’U.C.L., avocat
Paul BRASSEUR juriste, conseiller adjoint au Sénat
Sandra BILLY psychologue, conseiller en prévention – chef de service « Aspects psychosociaux »,
service commun de prévention et de protection au travail de l’U.L.B.
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
SECTION 1
Quelles mesures l’employeur peut-il ou doit-il prendre, dès le début de la procédure interne de traitement de la plainte motivée ? . . . . . . . . . . . 52
A. La portée de l’article 32septies de la loi sur le bien-être concernant les mesures appropriées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
B. Les difficultés liées aux informations parcellaires dont l’employeur dispose . . . . . . . . 55
C. La situation particulière de l’employeur directement mis en cause . . . . . . . . . . . . . . 56
D. Le rôle proactif et exemplaire de l’employeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
SECTION 2
Y a-t-il encore une place pour la conciliation dans la phase formelle
de la procédure de plainte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
SECTION 3
Quelle est l’incidence du secret professionnel de la personne de confiance et du conseiller en prévention sur l’action de l’employeur ? . . . . . . . . . . . . . . 64
SECTION 4
Comment l’employeur doit-il coopérer avec le conseiller en prévention et la personne de confiance ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
A. La coopération avec le conseiller en prévention psychosocial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
B. La coopération avec la personne de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
SECTION 5
Dans quelle mesure l’employeur doit-il se concerter avec le plaignant et avec la personne mise en cause ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
SECTION 6
Quand peut-on parler de modification unilatérale injustifiée des conditions de travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
A. Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
B. La notion de « conditions de travail » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
C. Le caractère unilatéral de la modification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
D. La justification de la modification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
SECTION 7
Comment ce principe peut-il être mis en oeuvre pour les agents statutaires de la fonction publique, où prévalent la loi du changement et la mobilité interne ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
A. Rappel des principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
B. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
SECTION 8
Quelles sont les obligations de l’employeur dans l’hypothèse d’une reprise de travail après l’incapacité temporaire du travailleur plaignant ? . . . . . . . . . . 88
A. La collaboration avec le conseiller en prévention-médecin du travail . . . . . . . . . . . . . 88
1. Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
2. L’examen de reprise du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3. L’examen de pré-reprise du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4. La procédure de reclassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
B. Les mesures d’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
1. Les mesures générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
2. Les mesures particulières : le soutien psychologique en cas de violence externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3. Les mesures d’accompagnement pour la personne mise en cause . . . . . . . . . . 94
SECTION 9
L’employeur doit-il donner suite aux plaintes qui ne respectent pas la procédure énoncée au règlement de travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
SECTION 10
De quelles informations la ligne hiérarchique peut-elle disposer lorsqu’une plainte motivée est déposée ? De quelle autonomie dispose-t-elle vis-à-vis des parties et des autres personnes présentes dans l’entreprise ? . . . . . . . . . . . . . 97
A. Notion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
B. Missions générales de la ligne hiérarchique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
C. Le rôle spécifique de la ligne hiérarchique dans la résolution des conflits . . . . . . . . . 100
1. La détection des conflits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
2. L’intervention de la ligne hiérarchique dans la phase formelle . . . . . . . . . . . 100
SECTION 11
Que se passe-t-il en cas de retrait de la plainte ou en cas de plaintes successives ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
SECTION 12
Dans quel délai l’employeur doit-il prendre des mesures suite au rapport du conseiller en prévention ? Doit-il en informer le conseiller en prévention ? 103
SECTION 13
L’employeur peut-il choisir les mesures parmi celles proposées par le conseiller en prévention, voire s’en écarter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
SECTION 14
Quand le rapport du conseiller en prévention est communiqué à l’employeur, celui-ci peut-il informer les autres travailleurs de l’issue de la procédure ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
SECTION 15
L’employeur peut-il prendre des sanctions disciplinaires dans un contexte de charge psychosociale au travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
A. Position du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
B. La sanction (ou procédure) disciplinaire précédant la plainte motivée . . . . . . . . . . . 110
C. La sanction (ou procédure) disciplinaire contre le plaignant pendant la période de protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
D. La sanction (ou procédure) disciplinaire contre la personne mise en cause . . . . . . . . 113
SECTION 16
Que peut faire l’employeur si le conseiller en prévention dépasse le délai de trois mois pour rendre son rapport ? . . . . . . . . . . . . . . . 114
SECTION 17
Le travailleur qui a déposé une plainte motivée perd-il toute protection après un an ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
SECTION 18
Quelle est la responsabilité de l’employeur s’il réagit tardivement ou de manière inappropriée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
SECTION 19
Quelle est l’incidence du Code pénal social sur la responsabilité pénale de l’employeur ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
SECTION 20
Quand se termine la procédure formelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
A. Position du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
B. La conciliation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
C. Le départ de l’entreprise ou du service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
D. Le retrait de la plainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
3
Le Code pénal social – Présentation et premières applications. . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Jean-Michel DEMARCHE premier substitut de l’auditeur du travail de Liège, collaborateur scientifique à l’U.Lg.
Fabienne KÉFER professeur à l’U.Lg., avocate
SECTION 1
Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
SECTION 2
Les lignes de force du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
A. Les objectifs du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
B. L’amélioration de l’accès à la norme juridique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
1. La codification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
a) Le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
b) Le caractère exhaustif du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
c) L’écriture des incriminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
d) Les détails qui aident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
2. Les exceptions aux principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
a) Les brèches dans l’exhaustivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
b) La santé et la sécurité au travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
c) Les conventions collectives de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
C. L’inscription des infractions et des sanctions dans un schéma répressif cohérent . . . . 143
1. La gradation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
a) Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
b) Le renforcement du rôle de l’amende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
c) L’emprisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
d) L’élément moral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
e) De nouvelles sanctions accessoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
2. Le régime répressif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
3. Le Conseil consultatif du droit pénal social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
4. L’avenir des sanctions ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
SECTION 3
Quelques questions concernant les contrôles sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
A. Les pouvoirs des services d’inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
B. La qualité d’officier de police judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
C. Les visites domiciliaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
D. Le droit de réquisition de l’auditeur du travail et du juge d’instruction . . . . . . . . . 159
E. Les droits des personnes concernées par les contrôles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
SECTION 4
Quelques questions concernant le Livre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
A. Les infractions contre la personne du travailleur (Livre 2, chapitre 1) . . . . . . . . . . 163
B. Les infractions en matière de temps de travail (Livre 2, chapitre 2) . . . . . . . . . . . . 168
C. Les infractions relatives aux autres conditions de travail (Livre 2, chapitre 3) . . . . . 170
D. Le travail illégal (Livre 2, chapitre 4) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
E. Le travail non déclaré (Livre 2, chapitre 5) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
F. Les documents sociaux (Livre 2, chapitre 6) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
G. Les relations collectives de travail (Livre 2, chapitre 7) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
H. Les infractions en matière de contrôle (Livre 2, chapitre 8) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
I. Les infractions concernant la sécurité sociale (Livre 2, chapitre 9) . . . . . . . . . . . . . 178
J. Le faux, les déclarations inexactes ou incomplètes et l’escroquerie en droit pénal social (Livre 2, chapitre 10) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
K. Les règles communes aux chapitres précédents (Livre 2, chapitre 11). . . . . . . . . . . 187
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
4
La rémunération du contractuel
de la fonction publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Pierre JOASSART assistant à l’U.C.L., avocat
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
SECTION 1
Nature de la rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
A. La contrepartie du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
B. La protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
SECTION 2
Source de la rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
A. Origine contractuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
B. Application réglementaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
SECTION 3
Différences de rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
A. Inadéquation avec la fonction exercée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
B. Différence par rapport aux statutaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207