Esprit du capitalisme ultime

Démocratie, marché et développement en mode kit

L'esprit du capitalisme ultime tente de remédier à la crise de la critique du capitalisme. Il le fait par l’entremise d’une analyse croisée Occident/Afrique subsaharienne afin que le croisement de regard entre ceux qui en pâtissent en premier et ceux qui en profitent en priorité entre en résonance et livre sa vérité. Lire la suite

Lorsqu'on parle de l’esprit du capitalisme, il s’agit, le plus souvent, d’une pensée analytique ou critique du centre du capitalisme pour le centre du capitalisme. L’esprit du capitalisme ultime dont traite cet ouvrage est issu de la réification de « la fin de l’histoire ». À la liberté des « Anciens » et des «Modernes », il propose d’ajouter le fait que la liberté de l’Homme ultime, épilogue de l’Homme moderne d’après « la fin de l’histoire », est de jouir des produits finis en évacuant l’historicité, la mémoire, les identités, les cultures et les subjectivités. L’esprit du capitalisme ultime est donc à la fois un concept et une analyse qui tentent de remédier à la crise de la critique du capitalisme. Il le fait par l’entremise d’une analyse croisée Occident/Afrique subsaharienne afin que le croisement de regard entre ceux qui en pâtissent en premier et ceux qui en profitent en priorité entre en résonance et livre sa vérité.
Les démocraties libérales sont dans une situation de quasi-monopole politique depuis la chute du Mur de Berlin. D’où la hausse du prix économique, social et anthropologique à payer pour prétendre vivre en démocratie. N’ayant plus rien à craindre d’un modèle concurrent de type communiste, le capitalisme ultime rationne le monde en démocratie réelle mais le submerge de capitalisme réel assimilé au développement. Se développer, pour l’Afrique subsaharienne, équivaut désormais à devenir un continent capitaliste via une sorte de congruence post-historique entre capitalisme, marché, démocratie libérale postcommuniste et État ajusté. Il en résulte une démocratie-monde qui contredit l’idéal démocratique en ce sens qu’elle devient une nouvelle tutelle de l’Occident sur l’Afrique. Cette dernière se voit transformée en pure consommatrice d’une démocratie, d’un marché et d’un développement en mode kit.


PDF (PDF) - 14,00 €
Livre broché - 21,00 €

InfoPour plus d'informations à propos de la TVA et d'autres moyens de paiement, consultez la rubrique "Paiement & TVA".

Spécifications


Éditeur
Presses universitaires de Louvain
Auteur
Thierry Amougou,
Langue
français
BISAC Subject Heading
BUS072000 BUSINESS & ECONOMICS / Development / Sustainable Development > BUS039000 BUSINESS & ECONOMICS / Economics / Macroeconomics
BIC subject category (UK)
KCA Economic theory & philosophy
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3342 Accumulation et transmission de la richesse > 3328 Macroéconomie
Date de première publication du titre
18 décembre 2018
Subject Scheme Identifier Code
: Economie politique
: Sciences économiques

Paperback


Date de publication
15 octobre 2010
ISBN-13
978-2-13057-543-6
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 128
Code interne
DUC211570001
Format
11,4 x 17,6 x 0,7 cm
Poids
123 grammes
Prix
8,55 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Sommaire


Introduction

Chapitre premier. — Éducation et changement social
Éducation et politique : tentation totalitaire et libéralisme bien tempéré
L'explosion de la démographie scolaire et ses conséquences
Éducation, développement économique et marché du travail

Chapitre II. — Socialisation et sélection
Intériorisation de l'ordre moral et de l'ordre logique
Les déterminants de la réussite scolaire
Théories culturalistes et actionnistes

Chapitre III. — Le corps enseignant
Morphologie et caractères originaux du corps
Le maître comme agent de contrôle social : la structure du pouvoir dans la classe
Le maître et sa classe

Chapitre IV. — Égalité des chances scolaires et mobilité sociale
Les dimensions du concept d'égalité des chances scolaires
Le rapport Coleman
Croissance, décroissance ou stabilité de l'inégalité ?
Éducation et mobilité sociale

Conclusion

Bibliographie