Droit de la famille

La place de la faute dans le divorce - Le juge de paix et l’article 223 du Code civil - Le nouveau droit de la filiation

Périodiquement depuis 175 ans, le droit belge s’attelle à la résolution de la quadrature du cercle en souhaitant permettre aux futurs ex-époux de divorcer sans procédures interminables et sans souffrances inutiles pour eux-mêmes ou leurs enfants. Si un des deux refuse le divorce par consentement mutuel, la question de la faute redevient centrale. Faites-la sortir par la porte (quant au fond du divorce), elle revient par la fenêtre (quant aux effets du divorce).
La loi réformant le divorce a été adoptée. Elle souffre peut-être de la précipitation qui a entouré son adoption.
Jacques FIERENS nous offre un premier exposé critique du divorce nouveau en tentant de souligner les principales nouveautés et les questions qu’elles posent. Le contentieux que les spécialistes nomment « 223 » est de la compétence du juge de paix depuis la loi du 14 juillet 1976 même si plusieurs juges différents continuent, en Belgique, à traiter des affaires familiales. Il s’agit de la responsabilité de prendre des mesures lorsqu’un des époux manque gravement à ses devoirs ou si l’entente entre les conjoints est sérieusement perturbée.
Thierry MARCHANDISE analyse successivement les conditions de l’intervention du juge, les pouvoirs du juge de paix notamment les différentes mesures possibles et quelques règles de procédure. L’exposé se termine par la mise en œuvre concrète de l’article 223 du Code civil au travers de la pratique de l’audience où le juge, théoriquement tout puissant, doit faire œuvre modeste en intervenant dans des conflits qui touchent profondément les couples. Le législateur a entrepris de réformer le droit de la filiation très largement déconstruit par les différents arrêts rendus par la Cour d’arbitrage. Les principes du nouveau droit de la filiation figurent dans la loi du 1er juillet 2006 modifiant des dispositions du Code civil relatives à l’établissement de la filiation et aux effets de celle-ci, combinée avec les articles 367 à 374 de la loi du 27 décembre 2006 portant des dispositions diverses (I). Elle entrera en vigueur au plus tard le 1er juillet 2007.
Jehanne SOSSON nous livre un examen de cette nouvelle loi qui modifie de façon substantielle, d’une part, le champ ou les conditions d’application de certains modes d’établissement de la filiation (dont la présomption de paternité et les reconnaissances maternelle et paternelle) et, d’autre part, le régime des actions judiciaires s’y rapportant (action en contestation de la paternité du mari, recours en cas d’absence des consentements nécessaires à la reconnaissance, action en contestation de reconnaissance, action en recherche de paternité ou maternité).

Livre broché - 60,00 €

InfoPour plus d'informations à propos de la TVA et d'autres moyens de paiement, consultez la rubrique "Paiement & TVA".

Spécifications


Éditeur
Anthemis
Auteur
Jacques Fierens, Thierry Marchandise, Jehanne Sosson,
Collection
Recyclage en droit
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Droit > Droit civil > Droit de la famille
Catégorie (éditeur)
Droit > Droit civil
BISAC Subject Heading
LAW000000 LAW
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3259 DROIT
Date de première publication du titre
2007
Type d'ouvrage
Monographie

Paperback


Date de publication
17 janvier 2008
ISBN-13
9782804158231
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 572
Code interne
DUC205798001
Format
17,5 x 24 cm
Poids
981 grammes
Prix
32,30 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage