Les sentinelles de l'économie

Recueil de chroniques

Nous traversons une période houleuse, ravagée comme une plage qui se rétrécit entre la falaise d'un État-providence et la marée montante de la mondialisation.

L’État-providence, bâti sur l’industrialisation de l’après-guerre, s’est effrité sous la chute de la démographie et de la croissance. La mondialisation, quant à elle, immerge le pays dans l’économie de marché.

Nos communautés perdent leurs repères. Elles sont indécises et pusillanimes, oscillant entre de vains espoirs d’États salvateurs et d’une économie qui s’apaiserait. Le rapport au temps, à l’Histoire et à l’image devient instantané.

Il faudra reformuler, avec sagesse et justice, le contrat économique de notre pays. Le temps des rentiers d’idées est révolu.


Livre broché - 32,00 €

InfoPour plus d'informations à propos de la TVA et d'autres moyens de paiement, consultez la rubrique "Paiement & TVA" ci-dessous.

Spécifications


Éditeur
Anthemis
Auteur
Bruno Colmant,
Préface de
Philippe de Woot de Trixhe,
Collection
Hors collection (Anthemis)
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Droit > Droit économique, commercial et financier
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales > Sciences économiques
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales
BISAC Subject Heading
LAW000000 LAW
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3259 DROIT
Date de première publication du titre
01 avril 2012
Type d'ouvrage
Monographie

Livre broché


Date de publication
01 avril 2011
ISBN-13
978-2-87455-406-3
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 183
Code interne
978-2-87455-406-3
Format
15,5 x 21,5 x 1 cm
Poids
264 grammes
Prix
32,00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Sommaire


Table des matières
Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Pistes de réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Des esprits préparés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
La monnaie et son temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Résonances de l'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Du code d'Hammourabi à Google Earth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Une technique monétaire médiévale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
En 1755, un tsunami frappe Lisbonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1929 : Irving Fisher boit la tasse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Crise de 1929 : l’adieu au XIXe siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1967 et la junte de Wall Street . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1971-2011 : Mêmes causes, mêmes catastrophes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Il y a quarante ans, Camille Gutt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Keynes, ne reviens pas ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Le dollar et le siphon financier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Au fil de l’euro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Le défi existentiel de l’euro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Le sevrage des dettes publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Plus d’Europe ou moins d’euro ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Vers une union économique belgo-allemande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
La Belgique dans une zone mark ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Avec le zloty ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Les rebonds des eurobonds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Le message de Christine Lagarde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Soros, la drachme et les colonels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
L’euro en mode de survie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Un armageddon financier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Tout ceci pourrait mal se terminer… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Quelle indépendance de la B.C.E. ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Les presciences de nos ministres des Finances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Et après Dexia ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Tout se met en place pour l’inflation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Heureux qui comme Ulysse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
Comment sortir du piège économique infernal ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Après le sommet de Bruxelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Le brise-lame de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
La situation économique est extrêmement grave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Une stagflation, plus grave que dans les années 1970 . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Faites chauffer les rotatives à billets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Happiness is a warm gun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Selling Europe… by the euro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Et si c’était la fin de la zone euro ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
L’immédiat et l’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
Un air d’années Tindemans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
Et après « AA », « A+ » ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Attention à l’effet d’éviction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Économie générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
L’économie européenne proche du gouffre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Quel rôle pour l’État ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
La puissance de feu monétaire des États-Unis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Les États-Unis sont « AA+ » : l’inflation arrive ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Good bye Lenin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Économie belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Investir dans la jeunesse. À tout prix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Le capitalisme de papa a vécu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Le chromosome faible de l’économie belge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
La décennie perdue de la Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Quelles banques belges dans dix ans ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Dettes publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Dettes publiques et mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Une nationalisation silencieuse de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
La régression financière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
Institutions bancaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Les capitaux propres des banques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Faut-il interdire les ventes à découvert ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Et revoilà Tobin… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
Agences de rating . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Le message frontal des agences de rating . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Le rating des États-Unis est insignifiant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Agences de rating et contrôle des banques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Une agence de rating européenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Rating belge : pas de scénario « PIIGS + B » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Gestion budgétaire et fiscalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Le rappel de 1919 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Des vertiges et virages budgétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
Des réflexions fiscales estivales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
La comptabilité et les capitaux propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
La fiscalité des dividendes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
L’angle mort d’une taxation des plus-values . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
Une fiscalité anti-bourse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Des billevesées et hérésies fiscales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
L’impôt des sociétés : éviter les erreurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Le pronostic fiscal est engagé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Temps et argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Finalement, qu’est-ce que la monnaie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Le temps se rétrécit ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Le temps, c’est de l’argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Une économie de pulsations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Une crise ! Quelle crise ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Une bulle de bien-être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Nos sociétés vieillissent mal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
L’obsolescence programmée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
Prospectives diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Un nouveau Moyen Âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Mettre le marché « échec et mat » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Les raisins de la colère ou un new deal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Un capitalisme coopératif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
2012, 2087… Les fins des mondes économiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179