Les grands économistes


3e édition

Ce livre présente neuf grands économistes : Smith, Ricardo, Say, Malthus, Marx, Walras, Keynes, Schumpeter et Friedman. À travers eux, tous les grands aspects de la science économique sont abordés : micro- et macro-économies, classiques, keynésiens et hétérodoxes, théories de la valeur, enjeux de politique économique… Lire la suite

Ce livre présente de façon synthé-tique neuf grands économistes : Smith, Ricardo, Say, Malthus, Marx, Walras, Keynes, Schumpeter et Friedman, dont les contributions sont à l'origine de la science économique moderne et qui, par leurs écrits, ont contribué à la compréhension du monde dans lequel nous vivons.

Chaque économiste fait l’objet d’une courte biographie suivie d’une présentation des principaux concepts et théories dont il est à l’origine. Les prolongements actuels de leurs œuvres (approfondissements théoriques ou influences sur les politiques publiques) sont également évoqués pour chacun d’entre eux.

Cet ouvrage s’adresse aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles de commerce, aux étudiants des IEP, en sciences économiques ainsi qu’aux candidats aux concours administratifs.


Livre broché - 11,90 €

Spécifications


Éditeur
PUF
Édition
3
Auteur
Jean-Claude Drouin,
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales > Sciences économiques
Catégorie (éditeur)
DUC > Sciences économiques
BISAC Subject Heading
BUS000000 BUSINESS & ECONOMICS > BUS023000 BUSINESS & ECONOMICS / Economic History
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3340 Histoire économique
Date de première publication du titre
04 mai 2012
Type d'ouvrage
Monographie

Livre broché


Date de publication
04 mai 2012
ISBN-13
978-2-13060-626-0
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 128
Code interne
DUC225099001
Format
12 x 17,4 x 0,7 cm
Poids
127 grammes
Prix
11,90 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Sommaire


I. — Adam Smith, fondateur de l'École classique anglaise
Le travail est à la source de la valeur
L'opulence naît de la division du travail
Le marché permet l’allocation optimale des ressources
L’État peut également contribuer à la richesse des nations

II. — David Ricardo, théoricien du libéralisme économique
La valeur des biens découle à la fois du travail humain et du capital technique
Ricardo relie les mécanismes de la répartition à l’activité économique globale
Une création monétaire excessive conduit à l’inflation
L’échange international est bénéfique à toutes les nations commerçantes

III. — Thomas Robert Malthus, théoricien de la surpopulation
La population peut s’accroître plus rapidement que les subsistances qui la font vivre
Il convient de ne pas aider les pauvres

IV. — Jean-Baptiste Say, entrepreneur et économiste
Jean-Baptiste Say définit le métier d’entrepreneur
Les produits s’échangent contre des produits, c’est la « loi des débouchés »
L’État doit permettre la création d’infrastructures de communication et d’éducation

V. — Karl Marx, économiste militant
Le marxisme est d’abord une critique de l’économie politique classique
Marx développe un vaste modèle théorique permettant d’expliquer l’évolution historique et le changement social
La lutte des classes est le moteur de l’histoire

VI. — Léon Walras, théoricien de l’équilibre économique
Walras reformule la théorie de la valeur
Le marché concurrentiel assure la régulation du système économique
Une situation d’équilibre sur chaque marché permet la réalisation de l’équilibre général

VII. — John Maynard Keynes, réformateur du capitalisme
Keynes remet en cause les perspectives des économistes classiques
La demande effective est le concept clé du schéma keynésien
Keynes préconise, en période de crise, l’intervention de la puissance publique

VIII. — Joseph Aloïs Schumpeter, théoricien de l’innovation et des cycles
L’entrepreneur est le révolutionnaire de l’économie
L’entrepreneur est à l’origine de l’innovation
L’innovation est au cœur de la dynamique du capitalisme

IX. — Milton Friedman, croisé des libertés économiques
Milton Friedman remet en cause l’héritage keynésien
La manipulation conjoncturelle des finances publiques ne peut venir à bout du chômage
L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire