L'identité des établissements scolaires

Au cours du XXe siècle, la massification de l'enseignement s’est accompagnée d’un processus de bureaucratisation qui a donné aux organisations scolaires la structure cellulaire qu’on leur connaît.

Des transformations des modes de régulation amorcées dans les années 1980 ont pourtant modifié la place de l’établissement comme lieu d’orientation des politiques et des pratiques d’enseignement.

C’est dans ce contexte institutionnel en mutation que nous nous interrogeons sur les établissements scolaires en tant qu’organisations.

L’objectif de cet ouvrage est de mieux comprendre comment les nouvelles politiques scolaires, qui s’incarnent en particulier dans les figures de l’État évaluateur et du marché scolaire, transforment les établissements d’enseignement.

La notion d’identité organisationnelle y est mobilisée comme référent conceptuel facilitant la lecture et l’interprétation de ces transformations.


Livre broché - 17,60 €

Spécifications


Éditeur
PUF
Auteur
Hugues Draelants, Xavier Dumay,
Langue
français
Catégorie (éditeur)
DUC > Psychologie et éducation
Catégorie (éditeur)
Psychologie et éducation
BISAC Subject Heading
EDU000000 EDUCATION > EDU034000 EDUCATION / Educational Policy & Reform > EDU036000 EDUCATION / Organizations & Institutions
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3161 Sciences de l'éducation
Date de première publication du titre
20 août 2011
Type d'ouvrage
Monographie

Livre broché


Date de publication
20 août 2011
ISBN-13
978-2-13057-743-0
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 172
Code interne
DUC202284700
Format
15,2 x 21,8 x 1 cm
Poids
248 grammes
Prix
17,60 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Sommaire


Introduction

Chapitre premier. – Identités organisationnelles et établissements scolaires

Chapitre II. – Les cultures d'établissement

Chapitre III. – Les images d'établissement

Chapitre IV. – L'identification organisationnelle

Chapitre V. – Identités organisationnelles et pouvoir

Conclusion