Les discussions communautaires sous le gouvernement Leterme II (2009-2010)

courrier hebdomadaire 2126

Le contentieux communautaire, qui a longuement occupé le devant de la scène politique, a retardé la formation d'un gouvernement de plus de 500 jours. Serge Govaert retrace l’évolution de ce conflit avant les élections fédérales du 13 juin 2010, sous le gouvernement Leterme II, après avoirproposé cette analyse pour les gouvernements Verhofstadt III, Leterme et Van Rompuy dans un précédent Courrier hebdomadaire.

L’auteur revient sur le décret de la Communauté flamande organisant l’inspection pédagogique dans les écoles francophones de la périphérie, qui a constitué un premier foyer de tension. Il rappelle ensuite les multiples péripéties du dossier B-H-V, du conflit d’intérêts déclenché par le Parlement de la Communauté germanophone jusqu’à la démission du gouvernement fédéral le 26 avril 2010, en passant par la mission de Jean-Luc Dehaene et son échec et par la rupture gouvernementale initiée par l’Open VLD le 22 avril, journée cruciale qui se voit ainsi remise en perspective.

Serge Govaert analyse la radicalisation des positions des partis flamands face aux enjeux communautaires, s’efforçant notamment d’en dégager les points forts, d’en définir les acteurs et d’en expliquer les origines et les effets.


Livre broché - - Momentanément indisponible
Livre broché - 6,90 €

InfoPour plus d'informations à propos de la TVA et d'autres moyens de paiement, consultez la rubrique "Paiement & TVA".

Spécifications


Éditeur
CRISP - Centre de Recherche et d'Information Socio-Politiques
Partie du titre
Numéro 2126
Auteur
Serge Govaert,
Collection
Courrier hebdomadaire.
ISSN
00089664
Langue
français
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales > Sciences politiques et sociales > Sciences politiques et affaires publiques
Catégorie (éditeur)
Sciences économiques et sociales > Sciences politiques et sociales
BISAC Subject Heading
SOC000000 SOCIAL SCIENCE
Code publique Onix
05 Enseignement supérieur
CLIL (Version 2013-2019 )
3081 Sciences sociales
Date de première publication du titre
01 avril 2012
Type d'ouvrage
Numéro de revue

Paperback


Date de publication
09 février 2012
ISBN-13
9782707167033
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 128
Code interne
DUC224223001
Format
12 x 19 x 0,7 cm
Poids
137 grammes
Prix
11,05 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Publier un commentaire sur cet ouvrage

Sommaire


Introduction

I / L'économie du bonheur a travers ses méthodes
L'économie du bonheur : une révolution ?
L'économie néoclassique : l'utilité révélée par les comportements - Pour une mesure directe du bonheur : des précurseurs à l'engouement actuel - L'économie du bonheur : l'achèvement du programme utilitariste ? - Interdisciplinarités : vers une science du bonheur ?
Le bonheur appréhendé par les économistes
Le bonheur : des menus plaisirs à l'épanouissement personnel - Le bonheur mesuré à travers les enquêtes - Des mesures alternatives : la Day Reconstructing Method de Kahneman
Le bonheur déclaré : une donnée biaisée ?
Les arguments des économistes : entre imagerie cérébrale et économétrie
Notre corps nous trahit - Les réticences des économistes sont-elles solubles dans l'économétrie ? - La question des comparaisons internationales - La preuve par l'usage ?

II / L'argent fait-il le bonheur ? Un débat fondateur et vivant
Le paradoxe d'Easterlin revisité : les récentes controverses autour de la relation entre le revenu et le bonheur
Les riches sont plus satisfaits : heureux comme Crésus ?
L'argent peut-il tout acheter ?
Les habitants des pays riches sont-ils plus heureux ?
La croissance rend-elle heureux ?
Faut-il regretter le « bon vieux temps » ? - Croissance économique et bonheur sont-ils corrélés ?
La satisfaction : une question d'adaptation ?
Le revenu des autres : jalousie ou sympathie ?

III / Travailler pour être heureux ?
La « désutilité » du travail : une notion revisitée par l'économie du bonheur
Le malheur du chômage...
Satisfactions et bonheur au travail : quelles préférences ? quelles valeurs ?
Qu'est-ce qui est important dans un emploi ? Les préférences déclarées - Qu'est-ce qui est important dans un emploi ? Les préférences révélées - Les indépendants : vive l'autonomie !
La qualité de l'emploi s'est-elle dégradée ?
La réponse des données subjectives
Intensification du travail et perte d'autonomie - La montée de la précarité et du chômage nourrit les peurs
- La « défiance » au travail aggrave le malaise des travailleurs - La conciliation entre vie familiale et vie professionnelle est de plus en plus difficile
Le bonheur après le travail : loisirs et consommation améliorent-ils notre bien-être ?
La qualité du temps en dehors du travail : une radiographie - Le temps en dehors du travail : une gestion sous-optimale ?

IV / Le bonheur au cours du cycle de vie
Au bonheur des dames : d'autres paradoxes
Des femmes satisfaites de leur emploi ? - Des femmes de moins en moins heureuses
Personnalité, santé et bonheur
Happy end : ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants...
Mariage, naissance, divorce, décès : avec le temps, va, tout s'en va - Qu'est-ce qu'un mariage heureux ? - Quelles sont les causes du divorce ?
Âge et bonheur : le blues de la trentaine et la déprime des quadras

V / Institutions, politiques et valeurs
La démocratie et la découverte de l'« utilité procédurale »
La confiance et la solidarité : le ciment des sociétés heureuses
Les sociétés égalitaires sont-elles plus heureuses ?
L'État-providence assure-t-il le bonheur des individus ?
Dépenses publiques et bonheur : existe-t-il une corrélation ? - Protection de l'emploi et sentiment de sécurité dans l'emploi : un paradoxe - Syndicat et insatisfaction : un paradoxe ?
La religion : anxiolytique du peuple ?
Good Bye, Lenin !
La culture : une clé pour comprendre le malaise français ?
L'école ou l'apprentissage du bonheur ?
L'école rend-elle heureux ? - Apprendre le bonheur

VI / L'économie du bonheur : quel intérêt pour les politiques publiques ?
L'enthousiasme sur le terrain politique
La critique de la croissance - Vers de nouveaux indicateurs : « compter ce qui compte vraiment » - Le bonheur : une commune mesure pour arbitrer et décider ? - La santé mentale : un objectif politique
La portée normative de l'économie du bonheur en question
L'économie du bonheur peut-elle se dérober aux critiques de l'utilitarisme ? - Pourquoi la satisfaction déclarée ne serait-elle pas un critère satisfaisant ? - L'économie du bonheur : un retour en grâce du paternalisme ?
Du bon usage de l'économie du bonheur

Conclusion
Repères bibliographiques.