Questions choisies de droit social

CUP 133

Editorial coordination by Jacques Clesse, Michel Dumont

Distinction entre ouvriers et employés - Harcèlement - Code pénal social - Contractuel de la fonction publique

Le droit du travail se fait violence.

Il doit évoluer sous la pression conjointe de la crise (loi du 12 avril 2011) et de la Cour constitutionnelle (arrêt n°125/2011 du 7 juillet 2011) vers une harmonisation des statuts des ouvriers et des employés.

Il est de plus en plus souvent confronté à sa mise en œuvre dans le secteur public où l'exécution du travail dans le cadre d’un contrat de travail ne va pas sans poser de multiples pièges tant pour les administrations ou services concernés que pour les praticiens.

Enfin, les nombreuses situations douloureusement vécues relevant de la violence et du harcèlement au travail, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public, justifient amplement par leur complexité un nouvel examen qui va porter tant sur la phase précontentieuse que sur la phase judiciaire.

Quant au tout nouveau Code de droit pénal social, il s’impose de le présenter, d’expliquer ce qu’il apporte et ce que l’on attend de lui et enfin de faire état et de commenter les premières applications.


Paperback - In French 76.00 €

Specifications


Publisher
Anthemis
Author
Sandra Billy, Paul Brasseur, Jean-Philippe Cordier, Jean-Michel Demarche, Pierre Joassart, Fabienne Kéfer, Aurélie Mortier,
Editorial coordination by
Jacques Clesse, Michel Dumont,
Collection
Commission Université-Palais (CUP)
Language
French
Publisher Category
Law > Employment Law
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
Title First Published
01 April 2012
Type of Work
Monograph

Paperback


Publication Date
01 April 2012
ISBN-13
978-2-87455-413-1
Extent
Main content page count : 216
Code
978-2-87455-413-1
Dimensions
16 x 24 x 1.2 cm
Weight
352 grams
List Price
76.00 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Write a commentary

Contents


Table des matières
1
La loi du 12 avril 2011. Une étape vers l'abolition de la distinction entre ouvriers et employés. . . . . . . . . . 7
Jacques CLESSE professeur à l'U.Lg., avocat
Aurélie MORTIER assistante à l’U.Lg., avocate
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
SECTION 1
La distinction entre les ouvriers et les employés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
A. La portée de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
B. La mise en question de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
C. La longue marche vers l’abolition de la distinction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1. La loi du 3 juillet 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2. Les interventions postérieures à 1978 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3. Les arrêts de la Cour constitutionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4. Les implications de l’arrêt n° 125/2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
SECTION 2
Les nouveautés apportées par la loi du 12 avril 2011 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
A. La suspension de l’exécution du contrat en raison du manque de travail résultant de causes économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1. Champ d’application temporel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2. Champ d’application personnel et matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3. Durée du chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4. Obligations de notification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
5. Octroi de jours compensatoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6. Rupture du contrat pendant la période de suspension . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
7. Allocation de chômage temporaire et complément aux allocations de chômage . . 26
B. Les nouveautés en matière de congé moyennant préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1. L’application du nouveau régime dans le temps et son articulation avec le régime antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2. L’ancienneté et le contrat de travail intérimaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3. Le régime du congé moyennant préavis des ouvriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
a) Les délais de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1° Le droit commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2° Les dérogations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4. Le régime du congé moyennant préavis des employés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
a) Les délais de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
1° Les employés dont la rémunération est inférieure à 16.100 € . . . . . . . . . . . . . . . 40
2° Les employés dont la rémunération est supérieure à 16.100 € . . . . . . . . . . . . . . 40
3° Les employés dont la rémunération est supérieure à 32.200 € . . . . . . . . . . . . . . 41
4° Licéité des dérogations à la loi lorsque la rémunération de l’employé dépasse 16.100 € ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
b) L’assiette de l’indemnité de préavis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
C. Autres nouveautés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1. L’allocation de licenciement prévue en faveur des ouvriers . . . . . . . . . . . . . . 43
2. Cotisation à charge des employeurs qui licencient un employé supérieur . . . . 46
2
La procédure interne en matière de violence et harcèlement moral ou sexuel au travail : quelques balises pour l’employeur . . . . . . . . . . . . . . 47
Jean-Philippe CORDIER maître de conférences à l’U.L.B. et à l’U.C.L., avocat
Paul BRASSEUR juriste, conseiller adjoint au Sénat
Sandra BILLY psychologue, conseiller en prévention – chef de service « Aspects psychosociaux »,
service commun de prévention et de protection au travail de l’U.L.B.
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
SECTION 1
Quelles mesures l’employeur peut-il ou doit-il prendre, dès le début de la procédure interne de traitement de la plainte motivée ? . . . . . . . . . . . 52
A. La portée de l’article 32septies de la loi sur le bien-être concernant les mesures appropriées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
B. Les difficultés liées aux informations parcellaires dont l’employeur dispose . . . . . . . . 55
C. La situation particulière de l’employeur directement mis en cause . . . . . . . . . . . . . . 56
D. Le rôle proactif et exemplaire de l’employeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
SECTION 2
Y a-t-il encore une place pour la conciliation dans la phase formelle
de la procédure de plainte ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
SECTION 3
Quelle est l’incidence du secret professionnel de la personne de confiance et du conseiller en prévention sur l’action de l’employeur ? . . . . . . . . . . . . . . 64
SECTION 4
Comment l’employeur doit-il coopérer avec le conseiller en prévention et la personne de confiance ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
A. La coopération avec le conseiller en prévention psychosocial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
B. La coopération avec la personne de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
SECTION 5
Dans quelle mesure l’employeur doit-il se concerter avec le plaignant et avec la personne mise en cause ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
SECTION 6
Quand peut-on parler de modification unilatérale injustifiée des conditions de travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
A. Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
B. La notion de « conditions de travail » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
C. Le caractère unilatéral de la modification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
D. La justification de la modification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
SECTION 7
Comment ce principe peut-il être mis en oeuvre pour les agents statutaires de la fonction publique, où prévalent la loi du changement et la mobilité interne ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
A. Rappel des principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
B. Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
SECTION 8
Quelles sont les obligations de l’employeur dans l’hypothèse d’une reprise de travail après l’incapacité temporaire du travailleur plaignant ? . . . . . . . . . . 88
A. La collaboration avec le conseiller en prévention-médecin du travail . . . . . . . . . . . . . 88
1. Principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
2. L’examen de reprise du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3. L’examen de pré-reprise du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4. La procédure de reclassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
B. Les mesures d’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
1. Les mesures générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
2. Les mesures particulières : le soutien psychologique en cas de violence externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3. Les mesures d’accompagnement pour la personne mise en cause . . . . . . . . . . 94
SECTION 9
L’employeur doit-il donner suite aux plaintes qui ne respectent pas la procédure énoncée au règlement de travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
SECTION 10
De quelles informations la ligne hiérarchique peut-elle disposer lorsqu’une plainte motivée est déposée ? De quelle autonomie dispose-t-elle vis-à-vis des parties et des autres personnes présentes dans l’entreprise ? . . . . . . . . . . . . . 97
A. Notion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
B. Missions générales de la ligne hiérarchique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
C. Le rôle spécifique de la ligne hiérarchique dans la résolution des conflits . . . . . . . . . 100
1. La détection des conflits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
2. L’intervention de la ligne hiérarchique dans la phase formelle . . . . . . . . . . . 100
SECTION 11
Que se passe-t-il en cas de retrait de la plainte ou en cas de plaintes successives ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
SECTION 12
Dans quel délai l’employeur doit-il prendre des mesures suite au rapport du conseiller en prévention ? Doit-il en informer le conseiller en prévention ? 103
SECTION 13
L’employeur peut-il choisir les mesures parmi celles proposées par le conseiller en prévention, voire s’en écarter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
SECTION 14
Quand le rapport du conseiller en prévention est communiqué à l’employeur, celui-ci peut-il informer les autres travailleurs de l’issue de la procédure ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
SECTION 15
L’employeur peut-il prendre des sanctions disciplinaires dans un contexte de charge psychosociale au travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
A. Position du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
B. La sanction (ou procédure) disciplinaire précédant la plainte motivée . . . . . . . . . . . 110
C. La sanction (ou procédure) disciplinaire contre le plaignant pendant la période de protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
D. La sanction (ou procédure) disciplinaire contre la personne mise en cause . . . . . . . . 113
SECTION 16
Que peut faire l’employeur si le conseiller en prévention dépasse le délai de trois mois pour rendre son rapport ? . . . . . . . . . . . . . . . 114
SECTION 17
Le travailleur qui a déposé une plainte motivée perd-il toute protection après un an ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
SECTION 18
Quelle est la responsabilité de l’employeur s’il réagit tardivement ou de manière inappropriée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
SECTION 19
Quelle est l’incidence du Code pénal social sur la responsabilité pénale de l’employeur ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
SECTION 20
Quand se termine la procédure formelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
A. Position du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
B. La conciliation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
C. Le départ de l’entreprise ou du service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
D. Le retrait de la plainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
3
Le Code pénal social – Présentation et premières applications. . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Jean-Michel DEMARCHE premier substitut de l’auditeur du travail de Liège, collaborateur scientifique à l’U.Lg.
Fabienne KÉFER professeur à l’U.Lg., avocate
SECTION 1
Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
SECTION 2
Les lignes de force du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
A. Les objectifs du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
B. L’amélioration de l’accès à la norme juridique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
1. La codification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
a) Le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
b) Le caractère exhaustif du Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
c) L’écriture des incriminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
d) Les détails qui aident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
2. Les exceptions aux principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
a) Les brèches dans l’exhaustivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
b) La santé et la sécurité au travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
c) Les conventions collectives de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
C. L’inscription des infractions et des sanctions dans un schéma répressif cohérent . . . . 143
1. La gradation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
a) Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
b) Le renforcement du rôle de l’amende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
c) L’emprisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
d) L’élément moral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
e) De nouvelles sanctions accessoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
2. Le régime répressif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
3. Le Conseil consultatif du droit pénal social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
4. L’avenir des sanctions ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
SECTION 3
Quelques questions concernant les contrôles sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
A. Les pouvoirs des services d’inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
B. La qualité d’officier de police judiciaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
C. Les visites domiciliaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
D. Le droit de réquisition de l’auditeur du travail et du juge d’instruction . . . . . . . . . 159
E. Les droits des personnes concernées par les contrôles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
SECTION 4
Quelques questions concernant le Livre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
A. Les infractions contre la personne du travailleur (Livre 2, chapitre 1) . . . . . . . . . . 163
B. Les infractions en matière de temps de travail (Livre 2, chapitre 2) . . . . . . . . . . . . 168
C. Les infractions relatives aux autres conditions de travail (Livre 2, chapitre 3) . . . . . 170
D. Le travail illégal (Livre 2, chapitre 4) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
E. Le travail non déclaré (Livre 2, chapitre 5) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
F. Les documents sociaux (Livre 2, chapitre 6) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
G. Les relations collectives de travail (Livre 2, chapitre 7) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
H. Les infractions en matière de contrôle (Livre 2, chapitre 8) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
I. Les infractions concernant la sécurité sociale (Livre 2, chapitre 9) . . . . . . . . . . . . . 178
J. Le faux, les déclarations inexactes ou incomplètes et l’escroquerie en droit pénal social (Livre 2, chapitre 10) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
K. Les règles communes aux chapitres précédents (Livre 2, chapitre 11). . . . . . . . . . . 187
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
4
La rémunération du contractuel
de la fonction publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Pierre JOASSART assistant à l’U.C.L., avocat
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
SECTION 1
Nature de la rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
A. La contrepartie du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
B. La protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
SECTION 2
Source de la rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
A. Origine contractuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
B. Application réglementaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
SECTION 3
Différences de rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
A. Inadéquation avec la fonction exercée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
B. Différence par rapport aux statutaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207