La répression de la révolte des Pende du Kwango en 1931

C'est dans une région à palmistes, à cheval sur deux territoires (Kikwit et Kandale) et à la limite de deux districts, le Kwango et le Kasaï, qu'a éclaté la révolte des Pende. Elle sévira de fin mai à la mi-septembre 1931, à la faveur de la crise économique.

Plusieurs facteurs expliquent cette révolte: l'administration particulièrement brutale du territoire de Kandale durant les dernières années; les prestations accrues exigées de la population par les compagnies H.C.B. et C.K. avec l'appui de l'Administration; les rivalités de clans dans deux chefferies voisines et l'hostilité de chefs coutumiers influents évincés par l'Administration; l'émergence d'une secte magico-religieuse qui fournit des cadres à la révolte et derrière laquelle se cachent les chefs coutumiers. Les facteurs influant sur la prise des mesures de répression sont: primo, la zone révoltée dépendait d'autorités différentes, secundo, l'état médiocre des moyens de liaison et de communication ralentissait exagérément la transmission des renseignements et des ordres, empêchant ainsi la coordination des actions de l'autorité aux différents échelons, de même que le mouvement des troupes.

La répression doit son caractère particulier à une succession de circonstances. Tout d'abord, le meurtre de l'agent territorial Balot suivi du découpage de son corps dont les morceaux furent distribués comme trophées à différents chefs. Mais le meurtre, commis le 8 juin, ne sera connu des autorités que le 19 juin et le dépeçage que le 3 juillet. La sévérité de la répression s'accentuera au fur et à mesure que ces renseignements parviendront. Il y eut ensuite le combat de Kilamba (3 juillet) où une forte colonne de la Force publique faillit succomber sous l'attaque de milliers de Pende. Enfin, le refus de l'autorité provinciale d'accepter une soumission sans remise préalable des dépouilles de Balot prolongera la répression et la misère des populations, obligeant les autorités sur le terrain à utiliser de manière illégale la chicote pour faire avouer les coupables.


Paperback - In French 16.90 €

Specifications


Publisher
Académie royale des Sciences d'Outre-Mer - Koninklijke Academie voor Overzeese Wetenschappen
Title Part
Numéro 1
Title Part
Volume 53
Author
Louis-François Vanderstraeten,
Collection
Mémoires de la Classe des Sciences Morales et Politiques
Language
French
Publisher Category
Philosophy, literature, linguistics and history > History > Contemporary History
Publisher Category
Philosophy, literature, linguistics and history > History > Regional History
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
Title First Published
01 January 2001
Type of Work
Monograph

Paperback


Product Detail
1 Laminated cover
Publication Date
01 January 2001
ISBN-13
9789075652239
Extent
Main content page count : 146
Code
9789075652239
Dimensions
16 x 24.4 x 7 cm
Weight
274 grams
List Price
16.90 €
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Write a commentary

Contents


Avant-propos
Abréviations
Résumé

1. Les causes
   1.1. L'administration du Territoire de Kandale
   1.2. Rivalités de clans dans les deux chefferies voisines de Gombambulu et de Yongo
   1.3. Le mouvement "Satana"

2. Les forces de l'ordre
   
2.1. La réforme de 1930
   2.2. Les possibilités d'intervention
   2.3. Les transmissions
   2.4. Les prescriptions légales et réglementaires

3. Les événements précédant immédiatement la révolte
    3.1.  Développement de la secte Satana
    3.2.  Les incidents de Kilamba (territoire de Kandale) (13-16 mai 1931)

4. Premières manifestations de révolte et premières réactions des autorités locales 
   4.1.  Dans le territoire de Kikwit - Fusillade de Kisenzele (29 mai 1931)   
   4.2.  Dans le territoire de Kandale - Incident de Kasandji (27 mai 1931)

5. Meurtre de l'agent territorial Balot - 8 juin 1931
   5.1.  Les faits
   5.2.  La révélation des faits et la transmission de l'information

6. Réactions des autorités supérieures aux échelons district et province
    6.1.  Au district du Kwango - Passage au régime de l'occupation (3 juin 1931) 
   6.2.  A la province du Congo-Kasaï - Passage à l'opération de police (6 juin 1931)

7. Les interventions militaires à l'initiative des autorités locales - 8 au 27 juin 1931   
   7.1.  Dans le secteur nord
   7.2.  Dans le secteur sud

8. L'opération militaire décidée par le gouverneur de province
    8.1.  Les décisions et les ordres (19 et 20 juin 1931)
    8.2.  Les opérations sous commandement de Vissers (27 juin au 4 juillet 1931)
    8.3.  La prise du commandement par le major Lebrun (5 juillet 1931)

9. Les opérations à partir de Pukusu - 6 au 28 juillet 1931
    9.1.  Opération contre Kashita - Mulua - Kalunga (8-11 juillet)
    9.2.  Opération vers le plateau de Bangi (14-18 juillet) et vers Kilamba (19-21 juillet)
    9.3.  Opération vers Indele (22-27 juillet)    9.4.  Opération vers Pay Kongila (27 juillet - 5 août)

10. Situation générale fin juillet 1931
    10.1.  Territoire de Kikwit
    10.2.  Territoire de Kandale

11. L'intervention de Léopoldville
    11.1.  L'envoi du commissaire général Wauters (22 juin - 27 juillet)
    11.2.  Les décisions prises à Léopoldville
    11.3.  Les réactions du major Lebrun

12. Les opérations à partir de Kakobolo - 1er août au 8 septembre 1931
    12.1.  Déplacement vers le sud et transfert de la base à Kakobolo (29-31 juillet)
    12.2.  Colonne de liaison vers Kandale (De Rijck) (1-17 août)
    12.3.  Reconnaissances diverses autour de Kakobolo du 1er au 13 août
    12.4.  Opérations dans le sud de la chefferie Yongo et la partie attenante de la chefferie Tshiboba 
    12.5.  Autres opérations
    12.6.  Opération militaire dans les territoires du Haut-Kwilu et du Moyen-Kwenge

13. Situation générale le 4 septembre 1931
    13.1.  Résultats obtenus à la suite des opérations
    13.2.  Le refus d'accepter les soumissions offertes

14. La fin de la révolte
    14.1.  L'interrogatoire et les aveux de Shakindungu le 5 septembre 1931
    14.2.  Récupération des autres parties du corps de Balot
    14.3.  L'arrestation des derniers meneurs recherchés
    14.4.  Les dernières opérations
    14.5.  La fin des opérations militaires et leur remplacement par l'occupation
    14.6.  Pertes subies par la population indigène du fait des opérations militaires

15. La répression judiciaire
    15.1.  Les arrestations et les emprisonnements
    15.2.  Les condamnations en conseil de guerre
    15.3.  Relégations et révocations
    15.4.  Cruautés commises sur les prisonniers

16. L'enquête du juge Jungers
    16.1.  L'enquête sur place
    16.2.  Le rapport du juge Jungers
    16.3.  La commission administrative chargée d'examiner le rapport Jungers

17. Mesures, poursuites judiciaires et sanctions
    17.1.  Mesures
    17.2.  Poursuites judiciaires
    17.3.  Sanctions disciplinaires

18.Réorganisation de la Force publique

19.Conclusions

Bibliographie
Cartes
Annexes